Magoni e Spinetti «complici» senza alcun limite / L’Arena.it

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Lei e lui; una voce, un contrabbasso e nessun limite. È perfino troppo piccolo, il palco del teatro Nuovo per contenere Petra Magoni e Ferruccio Spinetti. La coppia più originale del pop italiano (e non solo) si è presentata ieri sera in città per promuovere i brani del nuovo disco, Complici.

Scarica il PDFLei e lui; una voce, un contrabbasso e nessun limite. È perfino troppo piccolo, il palco del teatro Nuovo per contenere Petra Magoni e Ferruccio Spinetti. La coppia più originale del pop italiano (e non solo) si è presentata ieri sera in città per promuovere i brani del nuovo disco, Complici.

Scarica il PDFLei e lui; una voce, un contrabbasso e nessun limite. È perfino troppo piccolo, il palco del teatro Nuovo per contenere Petra Magoni e Ferruccio Spinetti. La coppia più originale del pop italiano (e non solo) si è presentata ieri sera in città per promuovere i brani del nuovo disco, Complici.

Scarica il PDF

Read More

MUSICA NUDA

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

C’est à la suite d’un concert improvisé qu’est né le projet Musica
Nuda, lorsque Petra Magoni à la veille de la première date de son
mini-tour de chant se retrouva privée de son guitariste et unique
accompagnateur et fit appel au contrebassiste Ferruccio Spinetti pour
le remplacer au pied levé … Devant le succès remporté par ce concept
aussi original que réussi, les deux musiciens se trouveront très
rapidement un répertoire et s’en iront même enregistrer un premier
album, « Musica Nuda », en l’espace d’une demi-journée dans un
studio des environs de Pise. Cette musique spontanée, carrément mise
à nu, fera naître en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire un véritable engouement populaire et c’est en continuant d’alimenter sa discographie que le duo y ira de ses nouveaux efforts, qu’ils soient doubles, live ou encore sous forme de DVD, le précédent se voyant même agrémenté par la complicité de quelques amis musiciens comme Higelin ou Sanseverino. Huit années après leurs premiers émois, Petra et Ferrucio sont restés complices et ils ne se privent
pas de le rappeler dans un quatrième album studio au titre sans équivoque.
Musica Nuda s’attache aujourd’hui à travailler dans la continuité de son oeuvre tout en lui insufflant un mélange ingénieux de retour aux sources et de grand vent de changement … Exit les duos prestigieux et les interventions inspirées, exit les covers grandissimes interprétées
avec un incommensurable talent, place aux compositions avec cette fois pas moins de dix titres originaux inédits écrits, co-écrits ou simplement offerts par des amis poètes et compositeurs, des pièces finement ciselées que seules trois reprises enchanteresses et une
géniale adaptation d’un non moins génial « Aria Sulla 4 Corda » viennent agrémenter de superbes souvenirs musicaux. De sa singularité artistique, Musica Nuda obtient une possibilité surprenante de travailler sur les silences, sur les nuances, et c’est en susurrant parfois à peine ses textes que Petra Magoni accompagne des notes tout juste caressées par Ferruccio Spinetti qui fait une fois encore preuve de délicatesse et de sensualité. Charmé par les « Una Notte Disperata », « Sentieri Strade Saluti » et autres « Rimandi », émoustillé par le délicieux dialogue de « Professionalità », l’auditeur retrouvera de temps à autres ses marques sur des titres comme « Mirza » de Nino Ferrer, « Mon Amour » d’Henri Salvador ou encore « Felicità » de Lucio Dalla et acclamera une fois de plus comme il se doit le talent de Musica Nuda qui a si bien su se mettre en valeur avec « Complici ». Tout simplement délicieux !C’est à la suite d’un concert improvisé qu’est né le projet Musica
Nuda, lorsque Petra Magoni à la veille de la première date de son
mini-tour de chant se retrouva privée de son guitariste et unique
accompagnateur et fit appel au contrebassiste Ferruccio Spinetti pour
le remplacer au pied levé … Devant le succès remporté par ce concept
aussi original que réussi, les deux musiciens se trouveront très
rapidement un répertoire et s’en iront même enregistrer un premier
album, « Musica Nuda », en l’espace d’une demi-journée dans un
studio des environs de Pise. Cette musique spontanée, carrément mise
à nu, fera naître en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire un véritable engouement populaire et c’est en continuant d’alimenter sa discographie que le duo y ira de ses nouveaux efforts, qu’ils soient doubles, live ou encore sous forme de DVD, le précédent se voyant même agrémenté par la complicité de quelques amis musiciens comme Higelin ou Sanseverino. Huit années après leurs premiers émois, Petra et Ferrucio sont restés complices et ils ne se privent
pas de le rappeler dans un quatrième album studio au titre sans équivoque.
Musica Nuda s’attache aujourd’hui à travailler dans la continuité de son oeuvre tout en lui insufflant un mélange ingénieux de retour aux sources et de grand vent de changement … Exit les duos prestigieux et les interventions inspirées, exit les covers grandissimes interprétées
avec un incommensurable talent, place aux compositions avec cette fois pas moins de dix titres originaux inédits écrits, co-écrits ou simplement offerts par des amis poètes et compositeurs, des pièces finement ciselées que seules trois reprises enchanteresses et une
géniale adaptation d’un non moins génial « Aria Sulla 4 Corda » viennent agrémenter de superbes souvenirs musicaux. De sa singularité artistique, Musica Nuda obtient une possibilité surprenante de travailler sur les silences, sur les nuances, et c’est en susurrant parfois à peine ses textes que Petra Magoni accompagne des notes tout juste caressées par Ferruccio Spinetti qui fait une fois encore preuve de délicatesse et de sensualité. Charmé par les « Una Notte Disperata », « Sentieri Strade Saluti » et autres « Rimandi », émoustillé par le délicieux dialogue de « Professionalità », l’auditeur retrouvera de temps à autres ses marques sur des titres comme « Mirza » de Nino Ferrer, « Mon Amour » d’Henri Salvador ou encore « Felicità » de Lucio Dalla et acclamera une fois de plus comme il se doit le talent de Musica Nuda qui a si bien su se mettre en valeur avec « Complici ». Tout simplement délicieux !C’est à la suite d’un concert improvisé qu’est né le projet Musica
Nuda, lorsque Petra Magoni à la veille de la première date de son
mini-tour de chant se retrouva privée de son guitariste et unique
accompagnateur et fit appel au contrebassiste Ferruccio Spinetti pour
le remplacer au pied levé … Devant le succès remporté par ce concept
aussi original que réussi, les deux musiciens se trouveront très
rapidement un répertoire et s’en iront même enregistrer un premier
album, « Musica Nuda », en l’espace d’une demi-journée dans un
studio des environs de Pise. Cette musique spontanée, carrément mise
à nu, fera naître en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire un véritable engouement populaire et c’est en continuant d’alimenter sa discographie que le duo y ira de ses nouveaux efforts, qu’ils soient doubles, live ou encore sous forme de DVD, le précédent se voyant même agrémenté par la complicité de quelques amis musiciens comme Higelin ou Sanseverino. Huit années après leurs premiers émois, Petra et Ferrucio sont restés complices et ils ne se privent
pas de le rappeler dans un quatrième album studio au titre sans équivoque.
Musica Nuda s’attache aujourd’hui à travailler dans la continuité de son oeuvre tout en lui insufflant un mélange ingénieux de retour aux sources et de grand vent de changement … Exit les duos prestigieux et les interventions inspirées, exit les covers grandissimes interprétées
avec un incommensurable talent, place aux compositions avec cette fois pas moins de dix titres originaux inédits écrits, co-écrits ou simplement offerts par des amis poètes et compositeurs, des pièces finement ciselées que seules trois reprises enchanteresses et une
géniale adaptation d’un non moins génial « Aria Sulla 4 Corda » viennent agrémenter de superbes souvenirs musicaux. De sa singularité artistique, Musica Nuda obtient une possibilité surprenante de travailler sur les silences, sur les nuances, et c’est en susurrant parfois à peine ses textes que Petra Magoni accompagne des notes tout juste caressées par Ferruccio Spinetti qui fait une fois encore preuve de délicatesse et de sensualité. Charmé par les « Una Notte Disperata », « Sentieri Strade Saluti » et autres « Rimandi », émoustillé par le délicieux dialogue de « Professionalità », l’auditeur retrouvera de temps à autres ses marques sur des titres comme « Mirza » de Nino Ferrer, « Mon Amour » d’Henri Salvador ou encore « Felicità » de Lucio Dalla et acclamera une fois de plus comme il se doit le talent de Musica Nuda qui a si bien su se mettre en valeur avec « Complici ». Tout simplement délicieux !

Read More

Musique. L’auditorium sous le charme de Musica Nuda / LE TELEGRAMME.com

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Il aurait fallu pousser un peu les murs de l’auditorium pour ce nouveau concert proposé par le service culturel, jeudi soir. C’est dire si cette petite salle d’une centaine de places trouve vite ses limites. Et aussi que ce récital de Musica Nuda – duo italien qui sort de l’ombre et
commence à se faire bien connaître en Europe-, a un public à Douarnenez. En invitant ce genre de formation et en jouant la carte de l’ouverture culturelle vers des styles différents, le service culturel ouvre de nouvelles pistes. Même pour un jeudi soir, toutes les places étaient réservées et les responsables ont dû rajouter quelques chaises pour passer outre le guichet fermé. Durant pratiquement deux heures et juste avec une voix (mais quelle voix!….) et une contrebasse, Musica Nuda a conquis son auditoire.

Jubilation à l’état pur
Une voix (Petra Magoni) et une contrebasse (Ferrucio Spinetti), et le tour est joué pour un récital d’une Musica Nuda qui va à l’essentiel des rythmes et des mélodies souvent déjà entendues. Tandis que la première utilise son timbre comme un instrument et vit physiquement sa musique, le second donne le tempo et accompagne dans l’ombre, les envolées et les silences. On y passe avec une déconcertante facilité du chaleureux grave aux trilles stridentes, à la limite du cri. Et entre les deux, complicité et humour sont de mise et le public est interpellé, voire mis à contribution pour chanter et entrer dans la danse.

Classiques revisités
Lors de ce récital, Musica Nuda a offert quelques nouveautés que l’amateur retrouvera sur son CD qui doit sortir en mars prochain: «Vous avez une Fnac à Douarnenez?». Des mélodies parfois commentées avec humour et servies par la chaleur et la jubilation de la langue italienne. La reprise du «Z’avez pas vu Mirza?», de Nino Ferrer, a permis de délier les cordes vocales pour ensuite balader le public autour d’une amusante «Table dé la nuite». On a aimé
l’incursion chez Bizet avec le «Prends garde à toi» de Carmen et tout autant le «Like a virgin» de Madonna. À la fin du récital, la reprise de «Come together» des Beatles a fait mouche.
Quant à celle de «Ne me quitte pas», la prestation en italien était sans doute belle. Mais détrôner la puissance de Jacques Brel ou encore la force de Nina Simone restera, décidément, très difficile, tant il est sans doute des mélodies mythiques, réfractaires à toute reprise. Il reste que ce jeudi soir fut un très beau rendez-vous avec la nouveauté et la qualité. On en redemande.
· Hubert OrioneIl aurait fallu pousser un peu les murs de l’auditorium pour ce nouveau concert proposé par le service culturel, jeudi soir. C’est dire si cette petite salle d’une centaine de places trouve vite ses limites. Et aussi que ce récital de Musica Nuda – duo italien qui sort de l’ombre et
commence à se faire bien connaître en Europe-, a un public à Douarnenez. En invitant ce genre de formation et en jouant la carte de l’ouverture culturelle vers des styles différents, le service culturel ouvre de nouvelles pistes. Même pour un jeudi soir, toutes les places étaient réservées et les responsables ont dû rajouter quelques chaises pour passer outre le guichet fermé. Durant pratiquement deux heures et juste avec une voix (mais quelle voix!….) et une contrebasse, Musica Nuda a conquis son auditoire.

Jubilation à l’état pur
Une voix (Petra Magoni) et une contrebasse (Ferrucio Spinetti), et le tour est joué pour un récital d’une Musica Nuda qui va à l’essentiel des rythmes et des mélodies souvent déjà entendues. Tandis que la première utilise son timbre comme un instrument et vit physiquement sa musique, le second donne le tempo et accompagne dans l’ombre, les envolées et les silences. On y passe avec une déconcertante facilité du chaleureux grave aux trilles stridentes, à la limite du cri. Et entre les deux, complicité et humour sont de mise et le public est interpellé, voire mis à contribution pour chanter et entrer dans la danse.

Classiques revisités
Lors de ce récital, Musica Nuda a offert quelques nouveautés que l’amateur retrouvera sur son CD qui doit sortir en mars prochain: «Vous avez une Fnac à Douarnenez?». Des mélodies parfois commentées avec humour et servies par la chaleur et la jubilation de la langue italienne. La reprise du «Z’avez pas vu Mirza?», de Nino Ferrer, a permis de délier les cordes vocales pour ensuite balader le public autour d’une amusante «Table dé la nuite». On a aimé
l’incursion chez Bizet avec le «Prends garde à toi» de Carmen et tout autant le «Like a virgin» de Madonna. À la fin du récital, la reprise de «Come together» des Beatles a fait mouche.
Quant à celle de «Ne me quitte pas», la prestation en italien était sans doute belle. Mais détrôner la puissance de Jacques Brel ou encore la force de Nina Simone restera, décidément, très difficile, tant il est sans doute des mélodies mythiques, réfractaires à toute reprise. Il reste que ce jeudi soir fut un très beau rendez-vous avec la nouveauté et la qualité. On en redemande.
· Hubert OrioneIl aurait fallu pousser un peu les murs de l’auditorium pour ce nouveau concert proposé par le service culturel, jeudi soir. C’est dire si cette petite salle d’une centaine de places trouve vite ses limites. Et aussi que ce récital de Musica Nuda – duo italien qui sort de l’ombre et
commence à se faire bien connaître en Europe-, a un public à Douarnenez. En invitant ce genre de formation et en jouant la carte de l’ouverture culturelle vers des styles différents, le service culturel ouvre de nouvelles pistes. Même pour un jeudi soir, toutes les places étaient réservées et les responsables ont dû rajouter quelques chaises pour passer outre le guichet fermé. Durant pratiquement deux heures et juste avec une voix (mais quelle voix!….) et une contrebasse, Musica Nuda a conquis son auditoire.

Jubilation à l’état pur
Une voix (Petra Magoni) et une contrebasse (Ferrucio Spinetti), et le tour est joué pour un récital d’une Musica Nuda qui va à l’essentiel des rythmes et des mélodies souvent déjà entendues. Tandis que la première utilise son timbre comme un instrument et vit physiquement sa musique, le second donne le tempo et accompagne dans l’ombre, les envolées et les silences. On y passe avec une déconcertante facilité du chaleureux grave aux trilles stridentes, à la limite du cri. Et entre les deux, complicité et humour sont de mise et le public est interpellé, voire mis à contribution pour chanter et entrer dans la danse.

Classiques revisités
Lors de ce récital, Musica Nuda a offert quelques nouveautés que l’amateur retrouvera sur son CD qui doit sortir en mars prochain: «Vous avez une Fnac à Douarnenez?». Des mélodies parfois commentées avec humour et servies par la chaleur et la jubilation de la langue italienne. La reprise du «Z’avez pas vu Mirza?», de Nino Ferrer, a permis de délier les cordes vocales pour ensuite balader le public autour d’une amusante «Table dé la nuite». On a aimé
l’incursion chez Bizet avec le «Prends garde à toi» de Carmen et tout autant le «Like a virgin» de Madonna. À la fin du récital, la reprise de «Come together» des Beatles a fait mouche.
Quant à celle de «Ne me quitte pas», la prestation en italien était sans doute belle. Mais détrôner la puissance de Jacques Brel ou encore la force de Nina Simone restera, décidément, très difficile, tant il est sans doute des mélodies mythiques, réfractaires à toute reprise. Il reste que ce jeudi soir fut un très beau rendez-vous avec la nouveauté et la qualité. On en redemande.
· Hubert Orione

Read More

Magoni e Spinetti in show a Firenze tra il jazz, canzone d’autore e punk / Il Tirreno

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Magoni e Spinetti in show a Firenze tra il jazz, canzone d’autore e punk.

Scarica il PDFMagoni e Spinetti in show a Firenze tra il jazz, canzone d’autore e punk.

Scarica il PDFMagoni e Spinetti in show a Firenze tra il jazz, canzone d’autore e punk.

Scarica il PDF

Read More

Magoni e Spinetti in concerto con la musica nuda / Corriere della Sera

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Magoni e Spinetti in concerto con la musica nuda

Scarica il PDFMagoni e Spinetti in concerto con la musica nuda

Scarica il PDFMagoni e Spinetti in concerto con la musica nuda.

Scarica il PDF

Read More

Le plus bel album de Musica Nuda à ce jour…

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Le nouvel album de Musica Nuda est une belle réussite. Il semble que le duo se bonifie avec le temps, surtout grâce au fait qu’il délaisse peu à peu le principe de la reprise pop, mouvement amorcé depuis leur dernier album chez Blue Note 55-21. C’est d’autant plus courageux de leur part que c’est ce principe qui est à l’origine de leur succès. On se souvient notamment de la reprise du tube de Police Roxanne qui les avaient lancés en 2005.

Nous n’avons dans cet album que trois reprises : Mirza de Nino Ferrer, Mon amour d’Henri Salvador et Felicità de Lucio Dalla, toutes très réussies, plus une adaptation d’Al Jarreau du fameux aria de Bach tiré des suites d’orchestre. Superbe interprétation d’ailleurs de cette pièce classique, pleine de densité et de légèreté en même temps. Le duo avait déjà puisé dans le répertoire classique dans les précédents albums avec un air de Monteverdi dans leur premier album et le tube absolu de Haendel lascia ch’io pianga tiré de Rinaldo dans leur tout premier album. C’est à chaque fois une belle réussite.

Le reste des titres est inédit, composés par le duo ou par d’autres. Il y a parmi ces titres de très belles mélodies, en particulier la plage 2 una notte disperata qui me fait penser à la très belle chanson de Julien Clerc Le cœur volcan.

Mais ce qui frappe le plus à l’écoute de cet album est le coté très intimiste et un peu « retour aux sources » de la formule du groupe, à savoir le recours unique à la voix et la contrebasse et rien de plus. Beaucoup de chansons ne sont que susurrées… J’ai trouvé cette simplicité retrouvée extrêmement agréable. Les quelques rares recours au re-recording se font très discrets et sont toujours de bon aloi.

L’album précédent était sorti chez Blue Note en licence, celui-ci sort sous étiquette Bonsaï Music, leur label de toujours et excellente maison qui a aussi sous contrat Paolo Fresu. Belle écurie transalpine !

Prédisons un beau succès à cet album vraiment très réussi, selon moi le meilleur du duo à ce jour !Le nouvel album de Musica Nuda est une belle réussite. Il semble que le duo se bonifie avec le temps, surtout grâce au fait qu’il délaisse peu à peu le principe de la reprise pop, mouvement amorcé depuis leur dernier album chez Blue Note 55-21. C’est d’autant plus courageux de leur part que c’est ce principe qui est à l’origine de leur succès. On se souvient notamment de la reprise du tube de Police Roxanne qui les avaient lancés en 2005.

Nous n’avons dans cet album que trois reprises : Mirza de Nino Ferrer, Mon amour d’Henri Salvador et Felicità de Lucio Dalla, toutes très réussies, plus une adaptation d’Al Jarreau du fameux aria de Bach tiré des suites d’orchestre. Superbe interprétation d’ailleurs de cette pièce classique, pleine de densité et de légèreté en même temps. Le duo avait déjà puisé dans le répertoire classique dans les précédents albums avec un air de Monteverdi dans leur premier album et le tube absolu de Haendel lascia ch’io pianga tiré de Rinaldo dans leur tout premier album. C’est à chaque fois une belle réussite.

Le reste des titres est inédit, composés par le duo ou par d’autres. Il y a parmi ces titres de très belles mélodies, en particulier la plage 2 una notte disperata qui me fait penser à la très belle chanson de Julien Clerc Le cœur volcan.

Mais ce qui frappe le plus à l’écoute de cet album est le coté très intimiste et un peu « retour aux sources » de la formule du groupe, à savoir le recours unique à la voix et la contrebasse et rien de plus. Beaucoup de chansons ne sont que susurrées… J’ai trouvé cette simplicité retrouvée extrêmement agréable. Les quelques rares recours au re-recording se font très discrets et sont toujours de bon aloi.

L’album précédent était sorti chez Blue Note en licence, celui-ci sort sous étiquette Bonsaï Music, leur label de toujours et excellente maison qui a aussi sous contrat Paolo Fresu. Belle écurie transalpine !

Prédisons un beau succès à cet album vraiment très réussi, selon moi le meilleur du duo à ce jour !Le nouvel album de Musica Nuda est une belle réussite. Il semble que le duo se bonifie avec le temps, surtout grâce au fait qu’il délaisse peu à peu le principe de la reprise pop, mouvement amorcé depuis leur dernier album chez Blue Note 55-21. C’est d’autant plus courageux de leur part que c’est ce principe qui est à l’origine de leur succès. On se souvient notamment de la reprise du tube de Police Roxanne qui les avaient lancés en 2005.

Nous n’avons dans cet album que trois reprises : Mirza de Nino Ferrer, Mon amour d’Henri Salvador et Felicità de Lucio Dalla, toutes très réussies, plus une adaptation d’Al Jarreau du fameux aria de Bach tiré des suites d’orchestre. Superbe interprétation d’ailleurs de cette pièce classique, pleine de densité et de légèreté en même temps. Le duo avait déjà puisé dans le répertoire classique dans les précédents albums avec un air de Monteverdi dans leur premier album et le tube absolu de Haendel lascia ch’io pianga tiré de Rinaldo dans leur tout premier album. C’est à chaque fois une belle réussite.

Le reste des titres est inédit, composés par le duo ou par d’autres. Il y a parmi ces titres de très belles mélodies, en particulier la plage 2 una notte disperata qui me fait penser à la très belle chanson de Julien Clerc Le cœur volcan.

Mais ce qui frappe le plus à l’écoute de cet album est le coté très intimiste et un peu « retour aux sources » de la formule du groupe, à savoir le recours unique à la voix et la contrebasse et rien de plus. Beaucoup de chansons ne sont que susurrées… J’ai trouvé cette simplicité retrouvée extrêmement agréable. Les quelques rares recours au re-recording se font très discrets et sont toujours de bon aloi.

L’album précédent était sorti chez Blue Note en licence, celui-ci sort sous étiquette Bonsaï Music, leur label de toujours et excellente maison qui a aussi sous contrat Paolo Fresu. Belle écurie transalpine !

Prédisons un beau succès à cet album vraiment très réussi, selon moi le meilleur du duo à ce jour !

Read More

Post nel blog di petra

Posted By Petra Magoni / Blog / 7 commenti

Post nel blog di petraPost nel blog di petraPost nel blog di petra

Read More

Ora Magoni e Spinetti sono proprio “complici” / L’Arena

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Un progetto iniziato quasi per gioco che in oltre otto anni li ha portati sui palche di mezza Europa.

Scarica il PDFUn progetto iniziato quasi per gioco che in oltre otto anni li ha portati sui palche di mezza Europa.

Scarica il PDFUn progetto iniziato quasi per gioco che in oltre otto anni li ha portati sui palche di mezza Europa.

Scarica il PDF

Read More

Dopo le cover perfette, Magoni e Spinetti, fanno gli originali / Il Venerdì

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

Esce “Complici” il nuovo disco del raffinato duo “Musica Nuda”, hanno interpretato i classici di ogni tempo. ma adesso affrontano gli inediti di Pacifico e max Casacci dei Subsonica.

Download PDFEsce “Complici” il nuovo disco del raffinato duo “Musica Nuda”, hanno interpretato i classici di ogni tempo. ma adesso affrontano gli inediti di Pacifico e max Casacci dei Subsonica.

Download PDFEsce “Complici” il nuovo disco del raffinato duo “Musica Nuda”, hanno interpretato i classici di ogni tempo. ma adesso affrontano gli inediti di Pacifico e max Casacci dei Subsonica.

Download PDF

Read More

I “complici” Magoni e Spinetti colpiscono ancora / 9 Colonne

Posted By Petra Magoni / Press / Nessun commento

“Alchimia, intesa musicale e umana. Una sorta di complementarietà”. Petra Magoni descrive così il legame con Ferruccio Spinetti, con cui ormai da otto anni porta avanti il progetto “Musica Nuda”. I due, voce e contrabbasso, presentano oggi il loro nuovo album, “Complici”, nei negozi di dischi il 15 marzo su etichetta Blue Note/Emi Music Italy. “Per la prima volta ‘Musica nuda’ propone un cd di brani inediti – spiega Petra ‐ senza l’aggiunta di altri strumenti e quindi di ospiti. La nostra è stata più che una scelta, un’esigenza – continua la cantante toscana – una necessità che sentivamo da tempo. Solo ora però, abbiamo raggiunto la maturità giusta per realizzare questo disco che è un disco sobrio, che non ha nulla da dimostrare ma che in primo piano mette le canzoni”. Oltre a 11 tracce inedite, il nuovo progetto discografico di Petra e Ferruccio contiene 3 cover: Mirza di Nino Ferrer, Mon Amour di Hemri Salvador (in lingua francese) e Felicità di Lucio Dalla (in italiano): “‘Felicità – spiega la Magoni – è uno di quei brani che suoniamo da anni e che il pubblico puntualmente ci chiede. Abbiamo inserito il pezzo nel disco perché è sicuramente una delle canzoni più belle di Dalla e allo stesso tempo una delle meno conosciute. La scelta dei brani in lingua francese – aggiunge – rappresenta, invece, una sorta di omaggio a un Paese e alla sua cultura: siamo entrati in contatto con quel mondo e quel pubblico e non potevamo trascurarlo”. Petra Magoni parla, infatti, con entusiasmo del successo ottenuto in questi anni all’estero: “Il tour di ‘Musica Nuda’ non si è davvero mai fermato: abbiamo portato il nostro progetto in rassegne italiane e internazionali suonando sui principali palchi e riuscendo a raggiungere anche prestigiosi spazi internazionali come l’Olympia di Parigi e città importanti come Madrid, Tunisi, Salisburgo, New York, Toronto, Pechino. Siamo stati a San Pietroburgo, come in Ecuador. in Olanda come Polonia. La nostra musica è arrivata nei paesi freddi e in quelli caldi”. Inoltre i Musica Nuda sono stati ospiti del Tanz Wuppertal Festival di Pina Bausch e sempre in Germania hanno aperto i concerti di Al Jarreau riscuotendo ovunque un grande successo.

Scarica e leggi tutto l’articolo“Alchimia, intesa musicale e umana. Una sorta di complementarietà”. Petra Magoni descrive così il legame con Ferruccio Spinetti, con cui ormai da otto anni porta avanti il progetto “Musica Nuda”. I due, voce e contrabbasso, presentano oggi il loro nuovo album, “Complici”, nei negozi di dischi il 15 marzo su etichetta Blue Note/Emi Music Italy. “Per la prima volta ‘Musica nuda’ propone un cd di brani inediti – spiega Petra ‐ senza l’aggiunta di altri strumenti e quindi di ospiti. La nostra è stata più che una scelta, un’esigenza – continua la cantante toscana – una necessità che sentivamo da tempo. Solo ora però, abbiamo raggiunto la maturità giusta per realizzare questo disco che è un disco sobrio, che non ha nulla da dimostrare ma che in primo piano mette le canzoni”. Oltre a 11 tracce inedite, il nuovo progetto discografico di Petra e Ferruccio contiene 3 cover: Mirza di Nino Ferrer, Mon Amour di Hemri Salvador (in lingua francese) e Felicità di Lucio Dalla (in italiano): “‘Felicità – spiega la Magoni – è uno di quei brani che suoniamo da anni e che il pubblico puntualmente ci chiede. Abbiamo inserito il pezzo nel disco perché è sicuramente una delle canzoni più belle di Dalla e allo stesso tempo una delle meno conosciute. La scelta dei brani in lingua francese – aggiunge – rappresenta, invece, una sorta di omaggio a un Paese e alla sua cultura: siamo entrati in contatto con quel mondo e quel pubblico e non potevamo trascurarlo”. Petra Magoni parla, infatti, con entusiasmo del successo ottenuto in questi anni all’estero: “Il tour di ‘Musica Nuda’ non si è davvero mai fermato: abbiamo portato il nostro progetto in rassegne italiane e internazionali suonando sui principali palchi e riuscendo a raggiungere anche prestigiosi spazi internazionali come l’Olympia di Parigi e città importanti come Madrid, Tunisi, Salisburgo, New York, Toronto, Pechino. Siamo stati a San Pietroburgo, come in Ecuador. in Olanda come Polonia. La nostra musica è arrivata nei paesi freddi e in quelli caldi”. Inoltre i Musica Nuda sono stati ospiti del Tanz Wuppertal Festival di Pina Bausch e sempre in Germania hanno aperto i concerti di Al Jarreau riscuotendo ovunque un grande successo.

Scarica e leggi tutto l’articolo“Alchimia, intesa musicale e umana. Una sorta di complementarietà”. Petra Magoni descrive così il legame con Ferruccio Spinetti, con cui ormai da otto anni porta avanti il progetto “Musica Nuda”. I due, voce e contrabbasso, presentano oggi il loro nuovo album, “Complici”, nei negozi di dischi il 15 marzo su etichetta Blue Note/Emi Music Italy. “Per la prima volta ‘Musica nuda’ propone un cd di brani inediti – spiega Petra ‐ senza l’aggiunta di altri strumenti e quindi di ospiti. La nostra è stata più che una scelta, un’esigenza – continua la cantante toscana – una necessità che sentivamo da tempo. Solo ora però, abbiamo raggiunto la maturità giusta per realizzare questo disco che è un disco sobrio, che non ha nulla da dimostrare ma che in primo piano mette le canzoni”. Oltre a 11 tracce inedite, il nuovo progetto discografico di Petra e Ferruccio contiene 3 cover: Mirza di Nino Ferrer, Mon Amour di Hemri Salvador (in lingua francese) e Felicità di Lucio Dalla (in italiano): “‘Felicità – spiega la Magoni – è uno di quei brani che suoniamo da anni e che il pubblico puntualmente ci chiede. Abbiamo inserito il pezzo nel disco perché è sicuramente una delle canzoni più belle di Dalla e allo stesso tempo una delle meno conosciute. La scelta dei brani in lingua francese – aggiunge – rappresenta, invece, una sorta di omaggio a un Paese e alla sua cultura: siamo entrati in contatto con quel mondo e quel pubblico e non potevamo trascurarlo”. Petra Magoni parla, infatti, con entusiasmo del successo ottenuto in questi anni all’estero: “Il tour di ‘Musica Nuda’ non si è davvero mai fermato: abbiamo portato il nostro progetto in rassegne italiane e internazionali suonando sui principali palchi e riuscendo a raggiungere anche prestigiosi spazi internazionali come l’Olympia di Parigi e città importanti come Madrid, Tunisi, Salisburgo, New York, Toronto, Pechino. Siamo stati a San Pietroburgo, come in Ecuador. in Olanda come Polonia. La nostra musica è arrivata nei paesi freddi e in quelli caldi”. Inoltre i Musica Nuda sono stati ospiti del Tanz Wuppertal Festival di Pina Bausch e sempre in Germania hanno aperto i concerti di Al Jarreau riscuotendo ovunque un grande successo.

Scarica e leggi tutto l’articolo

Read More